Retour du risque au niveau «négligeable»

Influenza aviaire : le CIFOG salue le retour du risque au niveau « négligeable » et prend acte des nouvelles décisions du Ministre

Le Ministère de l’Agriculture a publié le 5 mai 2017 un arrêté abaissant au niveau « négligeable » le risque d’Influenza Aviaire hautement pathogène sur l’ensemble du territoire de la France métropolitaine. Les professionnels de la filière Foie Gras, réunis au sein du CIFOG, saluent cette nouvelle étape de retour à la normale dans la lutte contre cette maladie qui a touché plus de 55% de la filière depuis le mois de décembre 2016.

Toutefois, les professionnels attendent avec impatience le véritable redémarrage de la filière, avec le retour des canards et des oies dans les élevages, programmé le 29 mai prochain, date de fin du vide sanitaire.
Les exploitations spécialisées dans l’engraissement des animaux ne pourront, quant à elles, reprendre leur activité qu’à la fin du mois d’août, après les 3 mois de phase d’élevage. Ce qui représentera au final, pour certaines d’entre elles, un arrêt de 9 mois d’activité.
Enfin les entreprises de transformation devront attendre le milieu du mois de septembre pour remettre en route leurs ateliers.
Les professionnels espèrent également que le plan de surveillance épidémiologique des élevages, programmé jusqu’au mois de mars 2018 et mené par les autorités sanitaires françaises, permettra rapidement de retrouver le statut sanitaire indemne de la France. Ce statut indemne est la condition indispensable à la réouverture des frontières pour les exportations des produits de la filière vers les marchés étrangers.

D’autre part, dans le cadre du « Pacte de lutte contre l’Influenza aviaire et de relance de la filière palmipède à foie gras » entre le Ministère de l’Agriculture et les professionnels de la filière : le CIFOG prend acte de la décision, annoncée aujourd’hui par le Ministre de l’Agriculture, de rendre obligatoire la protection des animaux sous un bâtiment au-dessus du seuil de 3 200 palmipèdes, en cas de passage à un niveau de risque élevé.
Les professionnels vont poursuivre la recherche de solutions techniques permettant l’application de cette décision gouvernementale. Ils étaient d’ailleurs plus d’une centaine réunis aujourd’hui à Bordeaux, à l’initiative du CIFOG, afin de partager entre éleveurs les expériences de conduite temporaire d’élevage de canards mulards en bâtiment.