FAQ – Élevage et Gavage

Les interrogations relatives au « bien-être » des palmipèdes gras concernent essentiellement la phase de gavage.

Existe-t-il un risque de blessure de l’animal au moment du gavage ?

L’œsophage des palmipèdes n’est pas cartilagineux, ses parois sont souples et élastiques. Son orifice supérieur (oropharynx) est dégagé.

Situé à la base du cou, le jabot est une poche de stockage très extensible et résistante aux contraintes physiques.

Ainsi, le cou d’un canard peut-il aisément tripler de volume !

Pour remplir le jabot, le gaveur utilise un tube, appelé embuc, qu’il introduit d’un geste sûr et précis dans le bec de l’oie ou du canard. L’embuc est  lisse et sa taille est adaptée à la morphologie de l’animal.

Réalisé avec soin par un professionnel, le gavage  ne provoque donc pas de blessures.

L’engraissement lié au gavage est-il réversible ?

Lors du gavage des oies et canards, l'accumulation de graisse dans le foie est un mécanisme biologique normal, non-pathologique1  et totalement réversible.

En effet, chez les oiseaux le foie est un site majeur de la synthèse et du stockage des graisses.

Par ailleurs, plusieurs études montrent que l’intégrité fonctionnelle des cellules hépatiques est préservée y compris après plusieurs cycles successifs de gavage.2,3,4 L’hypertrophie cellulaire est totalement réversible.

Si un canard engraissé est remis hors du circuit de gavage, son foie retrouvera  une morphologie normale dans un délai d’environ quinze jours,  comme cela se produirait si l’oiseau avait épuisé ses ressources énergétiques après un long voyage migratoire.

1 Caldwell SH, Ikura Y, Iezzoni ,  Liu Z. Has natural selection in human populations produced two types of metabolic syndrome (with and without fatty liver)? J Gastroen Hepatol. 2007; 22: S11-S19.
2 Berradi H, Guy G, Rideau H. A glucokinase-like enzyme induced in Mule duck livers by overfeeding. Poult Sci 2004; 83(2):161-8.
3 Babile R, Auvergne A, Dubois JP, et al. Réversibilité de la stéatose hépatique chez l’oie. 1998 ; 3èmes journées de la recherché sur les palmipèdes à foie gras; Bordeaux : 45–46.
4 Benard G, Benard P, Prehn D, Jouglar JY, Durand S. 1998; 27-28 octobre. Démonstration de la réversibilité de la stéatose hépatique obtenue par gavage de canards mulards. Étude réalisée sur 3 cycles de gavage.1998 ; 3èmes journées de la recherche sur les palmipèdes à foie gras, Bordeaux : 49-52.

Le gavage crée-t-il un état de stress ?

Les expérimentations conduites sur cette question montrent que le gavage n'induit pas d’état de stress chez le canard mulard.
Le taux sanguin de corticostérone – une hormone liée au stress –n’augmente pas durant la période de gavage du canard ; il a même tendance à diminuer.5

Plusieurs études ont ainsi confirmé que le gavage ne perturbe pas plus les palmipèdes que le fait de les attraper ou de les emmener s’abriter, manœuvres courantes dans tous les élevages.6,7

On constate également que les oiseaux n’ont pas peur de leur gaveur. Ils s’habituent rapidement à lui et ne développent pas de réaction de fuite ou d’évitement - contrairement à ce qui se produit face à un étranger.

5 Faure J.M., Guy G., Guémené .,, Noirault J., Destombes N., Garreau-Mills M. 1998  Behavioural and physical response to ACTH injections, force-feeding procedure and various potential source of stress in male mule ducks. Congress of International Society for Applied Ethology. Clermont-Ferrand. France. July 21-25th
6 Faure J.M., Guémené D., Guy G., et al. Is there avoidance of the force feeding procedure in ducks and geese? Anim Res. 2001; 50: 157–164.
7 Guémené  D., Guy G., Noirault J., et al. Force-feeding procedure and physiological indicators of stress in male mule ducks. Br Poult Sci 2001;42:650-657.

Le gavage est-il à l’origine de douleurs ?

Aucune des investigations réalisées ne permet de conclure qu’il existe des réactions douloureuses évidentes directement imputables au gavage.

Les études neurophysiologiques montrent que, durant toute la période du gavage, les signaux nerveux nociceptifs sont occasionnels et leur amplitude très limitée.8

Le halètement des canards est parfois interprété par les visiteurs comme une «souffrance».

Il s’agit, en réalité, d’un réflexe thermorégulateur. En effet, les oiseaux n’ont pas de glandes sudoripares et leur plumage est isolant, ce qui limite  leur capacité à faire face  à un excès de chaleur corporelle (en été, par exemple). Pour abaisser la température de leur corps, les oies et les canards doivent ouvrir le bec et haleter pour « ventiler  leur organisme ». Les chiens ont un comportement similaire.

8 Serviere J, Carriere M, Duvaux-Ponter C, Guy G, Roussel S. Neurogenic inflammation in the upper digestive tract of the mule ducks : effect of a chemical algogen and force feeding. Bri poultry sci. 2001; 52, 6: 792?799.

Le placement des canards en logements individuels crée-t-il des troubles du comportement ?

Le maintien dans des logements individuels, appelés « épinettes », ne dure qu’une douzaine de jours dans la vie des canards. Cette contention limite, bien évidemment, la capacité de mouvement des palmipèdes mais elle ne semble pas induire une augmentation des comportements anormaux liés à un état de stress.9

Par ailleurs, elle permet d’assurer un suivi individualisé des canards. Elle évite aussi la concurrence entre les animaux et les blessures qui pourraient en résulter (griffures, picage, arrachage des plumes…).

9 Faure J.M., Guy G, Guéméné D. 2000. Comportement exprimé par le canard mulard en fonction du type de logement pendant la période de gavage. In 4èmes Journées de la recherche sur les palmipèdes à foie gras, Arcachon, France. Proc. 42-45 

Existe-t-il des alternatives à la technique du gavage ?

Aujourd’hui, malgré les recherches effectuées, il n’existe pas de techniques alternatives au gavage, généralisables dans les élevages, qui permettraient d’obtenir un foie gras ayant les mêmes qualités.10,11

Les tentatives ponctuelles et les travaux de recherche ouvriront peut-être de nouvelles voies dans ce sens.

La sélection génétique effectuée sur le canard mulard, associée aux progrès des techniques d’élevage ont permis de réduire considérablement la durée de la période de gavage au cours des 20 dernières années : de 15.6 jours en 1987 à 12.8 jours en 2005.

10 Guy G., Bernardet M.D., Davail S., Bernard G., Dupuy L., Gontier K, Jourda C., Rideau N. 2006. Optimisation de la période de prégavage chez le canard. In 7èmes Journées de la recherche sur les palmipèdes à foie gras. p. 90-93.
11 Guy G., Fortun-Lamothe L., Fernandez X. Natural induction of spontaneous liver steatosis in Greylage Landaise geese (Anser anser). J. Anim. Sci. 2013, 91: 455-464.