Filière Foie Gras : appel au secours des professionnels pour une adaptation immédiate de la loi Egalim et la fin de la limitation à 25% des volumes sous promo

Le Conseil d’Administration de l’Interprofession du Foie Gras (CIFOG) vient de faire un constat sans appel : sans révision immédiate de la loi Egalim sur l’expérimentation liée à la limitation du volume des promotions à 25 %, leur filière court à la catastrophe.

En effet, les chiffres sont tombés et sont éloquents : -10% de ventes en volume sur l’année et jusqu’à -44% en octobre 2019. Cette mesure ne crée pas de valeur pour leur secteur agricole, mais en détruit, comme l’avait prédit la filière.

Les professionnels en appellent donc au bon sens du Gouvernement.

Resté sourd à ses multiples avertissements, il doit prendre des décisions IMMÉDIATES : les chiffres montrent le caractère contreproductif et l’ampleur des dégâts causés par une mesure inadaptée à un produit saisonnier et festif tel que le Foie Gras.

Si le Gouvernement persiste à attendre l’automne prochain pour faire un premier bilan de deux ans d’expérimentation de cet encadrement et prendre sa décision, il sera trop tard pour préserver l’équilibre de la filière Palmipèdes à Foie Gras ! Il y a donc urgence à donner un signal fort avant le 29 février. En effet, cette date correspond à la limite légale de fin des négociations commerciales avec les distributeurs. Par la suite, ces mêmes interlocuteurs figeront, pour toute l’année 2020, leurs plannings d’opérations commerciales dès Mars / Avril.

Le CIFOG appelle donc au déclenchement, en urgence, d’un dispositif de sauvegarde passant par une adaptation immédiate de la loi EGALIM et la fin, pour tous leurs produits de la filière (Foie Gras, Magret, Confits), de la limitation à 25% des volumes vendus sous promotion.

Des ventes en volume en recul de -10 % sur l’année 2019

L’entrée en vigueur de la limitation des promotions a en effet entraîné une chute vertigineuse des volumes de Foie Gras vendus en grande distribution sur la saison des fêtes, période déterminante pour ce produit festif par excellence soumis aux achats d’impulsion. Amputé de sa traditionnelle mise en avant en pré-saison, le Foie Gras a été victime d’un recul des ventes de -44% sur le mois d’octobre et -32% en novembre. Malgré un sursaut des ventes sur les deux dernières semaines, l’année n’a pas pu être sauvée : en 2019, le Foie Gras enregistre une baisse de 10 % ses ventes en volume. 

Des milliers d’emplois et des élevages en danger

Avec des stocks résiduels découlant des méventes, il est à craindre une érosion des prix de vente, l’argumentation commerciale avec les distributeurs étant désormais très défavorable aux transformateurs. De plus, ces derniers vont devoir réduire leur volume de production ce qui impactera directement les mises en place chez les producteurs.

Baisse des prix, baisse des volumes : les éleveurs vont subir une baisse de revenu alors que la loi était censée leur assurer un meilleur retour de valeur ! De plus, rappelons que ces mêmes agriculteurs ont investi lourdement pour faire face aux mesures de biosécurité rendues indispensables après les deux épisodes consécutifs de grippe aviaire en 2016 et 2017.

Le CIFOG en appelle au Gouvernement

La loi EGALIM votée par le Parlement avait comme objectif principal de redonner de la valeur aux filières agricoles. Parmi ses 98 articles, une expérimentation de deux ans concerne l'encadrement des promotions en figeant le volume bénéficiant d’un avantage promotionnel, à 25 % maximum.

Avant même la publication de l’ordonnance, de nombreuses filières comme celle du Foie Gras avaient tiré la sonnette d’alarme et fait savoir que ce dispositif était totalement inadapté aux produits festifs, tel que le Foie Gras essentiellement acheté avec une mise en avant promotionnelle pour les fêtes de fin d’année. Pourtant, il a été décidé de ne faire aucune exception à la règle et de ne pas tenir compte de cette spécificité du marché. La situation est d’autant plus regrettable que la filière du Foie Gras a construit depuis de nombreuses années une forte contractualisation entre entreprises de transformation et organisations de production, avec comme objectif de toujours progresser vers une répartition équitable de la valeur.

Une mise en avant indispensable du Foie Gras en période festive

Majoritairement acheté pour les réveillons, le Foie Gras enregistre des ventes déterminantes en décembre. Ce mois représente, à lui seul, environ 70 % des volumes de ventes de l’année. Durant cette courte période, il s’agit donc de déclencher l’achat en exposant au maximum le Foie Gras à travers les promotions, les mises en avant, les prospectus… comme c’est le cas pour le chocolat, le champagne, les spécialités glacées, etc. Pour le Foie Gras, ces promotions de fin d’année peuvent représenter jusqu’à 75 % des volumes vendus annuellement.